EDIT:
 

Dans son étude The Malay Archipelago datant de 1859, le naturaliste anglais Sir Alfred Russel Wallace a partagé les îles indonésiennes en deux zones : une zone indomalaise à l'ouest et une zone papoue à l'est. La Ligne Wallace qui les divise passe entre Bornéo et Sulawesi, et descend vers le sud par le détroit séparant Bali et Lombok.
Assez remarquablement et bien que la distance qui sépare certaines îles de part et d'autres de la ligne de Wallace soit maintenant relativement faible, les espèces animales et végétales présentes de chaque côté de cette frontière sont très différentes, accréditant le fait qu'elles furent séparées pendant très longtemps et que seule la dérive des plaques continentales les ont rapprochées.
Alfred Russel Wallace formule alors deux hypothèses, soit la partie Est, dite "papoue", faisait autrefois bloc avec l'Australie, soit elle formait un continent bien distinct, un 6ème continent dont le reste aurait été englouti par les eaux violentes de la région.
La deuxième hypothèse a la préférence de Wallace, qui trouve dans la faune, la flore et le type physique humain de la partie papoue de l'Indonésie beaucoup de différences avec celles que l'on trouve en Océanie.

En 1983 lorsque je suis née, et plus de 130 ans après que Wallace eut débarqué pour la première fois sur l’archipel, nombre des espèces qu’il rencontrait à l’époque sans difficulté étaient déjà menacées. Aujourd’hui plus encore l’extraordinaire biodiversité de l’Indonésie s’amenuise à grand pas ; les rhinocéros de Sumatra se comptent sur les doigts d’une main, les tigres reculent de plus en plus profondément dans la jungle à mesure que l’Homme détruit son habitat naturel. Et malgré des programmes de conservation tardifs, les grands singes et les éléphants suivent le même chemin.
En 2003, mon diplôme de photographie de l’école des Gobelins en poche, et lors de mon premier voyage en Indonésie, la phrase d’un habitant de l’île de Flores m’avait frappée. Il m’avait dit : « Nous venons d’un autre continent. ». Sans pouvoir me donner plus d’explications.
En cherchant je tombais sur les écrits de Wallace à ce sujet. Ces sont ses écrits scientifiques, parfois très froids, que mes images tentent d’illustrer.
Mon projet consiste à rechercher de part et d'autre de la ligne Wallace les traces spécifiques à chacune des deux zones, que ce soit dans la faune, la flore ou la population, et qui ont conduit Wallace à formuler l’hypothèse de l’existence d’un sixième continent.
Ce projet a été motivé par les théories de Wallace, mais également par l’émerveillement sans faille que m’inspire la Nature indonésienne. Terre volcanique et imprévisible, trop souvent réduite aux catastrophes naturelles dont elle est victime ; cultures riches et empreintes d’animisme trop souvent résumées par l’expression « plus grand pays musulman du monde », l’Indonésie mérite un autre regard. Un regard sur les merveilles qu’elle recèle, avant que ces merveilles ne disparaissent.

© Isabelle Alexandra Ricq

Retrouvez Isabelle Alexandra Ricq dans la rubrique entretiens

Vous pouvez consulter la série complète sur le site d'Isabelle Ricq : www.isabellericq.fr/wallace.html

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

© Isabelle Alexandra Ricq, Le sixième continent, 2007
 

Commentaires

la nature nous extasie chaque jour, mais hélas l'homme fait qu'elle s'amenuise dangereusement.je vous ai écoutée sur france inter , ce matin, et me voilà! vos photos sont superbes, et votre article suffisamment précis, ni trop court, ni trop long, aussi je reviendrai!
 
capitaine – 12.09.2009
 
 

 
 
Pour commenter cet article, remplissez le formulaire :
 
Votre nom

 
Votre email (ne sera pas publié)

 
Votre commentaire